Le pot-au-feu, un bon plat pour les jours de froid

Pot-au-feu provençal

L’automne est là, et avec lui les premiers jours de froid. On a envie de se réconforter en savourant quelques grands classiques de notre cuisine, comme le pot-au-feu qui associe légumes, plat-de-côtes, herbes de Provence dans un mijotage parfumé !

La recette que je vous propose aujourd’hui est proche de celle que l’on préparait traditionnellement dans ma famille provençale. On y retrouve donc de la viande peu coûteuse et qui doit cuire longtemps ; des légumes, comme les carottes, les poireaux et les navets, auxquels j’ai ajouté le panais et le céleri rave ; des herbes et des épices, comme le clou de girofle, le laurier, le thym, les cornichons ou encore la moutarde forte… sans oublier l’os à moëlle, qui, pour certains, donne son cachet au pot-au-feu. On imagine encore la marmite d’autrefois, suspendue dans la cheminée des fermes, mijotant dans l’âtre, et où l’on rajoutait de nouveaux légumes au fur et à mesure de la consommation…

Aujourd’hui, le pot-au-feu est un plat convivial par excellence, que l’on prend plaisir à savourer entre amis ou en famille. J’adore son côté rustique !

Un truc pour dégraisser le pot-au-feu sans ôter une once de saveur. Il s’agit tout simplement de faire cuire la viande la veille, la placer au frigo la nuit et la dégraisser le lendemain matin. Au final, le pot-au-feu est encore meilleur : un subtil mélange de viande et de légumes cuits dans un bouillon parfumé. Bref, le pot-au-feu peut être votre allié minceur !

POT-AU-FEU

Temps de préparation :

30 minutes

Temps de cuisson :

3 heures

Pour 6 personnes

Ingrédients

1 kg de plat-de-côtes
500 g de gîte
3 poireaux
2 bottes de petits navets
3 carottes
3 branches de céleri
1 céleri rave
4 petits oignons
1 panais
2 os à moelle
3 clous de girofle
2 brins de thym
1 feuille de laurier
sel et grains de poivre entiers
cornichons
moutarde forte ou à l’ancienne

Les étapes

  1. Remplir une grosse marmite d’eau et y ajouter la viande, un oignon piqué de 3 clous de girofle, puis 1/2 carotte, 1/2 poireau, 1 branche de céleri coupés en rondelles, les brins de thym et la feuille de laurier. Porter à ébullition, saler l’eau, puis écumer au fur et à mesure. Laisser cuire à petits bouillons pendant 1 heure et demie.
  2. Laisser refroidir la marmite. (Comme c’est un plat d’hiver et que l’hiver il fait froid, je mets toujours ma marmite à refroidir dehors pour aller plus vite). Quand la marmite est refroidie, je la place au frigo toute une nuit. Le lendemain, la graisse s’est accumulée à la surface et il est très facile de la récupérer en totalité avec une cuillère.
  3. Remettre la marmite sur le feu. Pendant ce temps, peler les légumes et les trancher selon votre goût et convenance. Rajouter en premier dans la marmite, les carottes, les oignons et les navets et cuire pendant 1/2 heure. Puis rajouter les légumes restants. Cuire encore une bonne heure minimum, plus ne nuit pas – bien au contraire à mon avis !
  4. Si l’on décide de rajouter des os à moelle, il est préférable de les enfermer dans une mousseline ficelée pour empêcher que la moelle ne s’échappe dans le bouillon. Je conseille de les rajouter dans la marmite au même moment que les dernier légumes.
  5. Dresser la viande et les légumes dans un grand plat ou dans chaque assiette. Servir la viande accompagnée de gros sel, de grains de poivre, de moutarde et de cornichons. Le bouillon se sert à part dans des bols.

On peut également rajouter 20 mn avant la fin de cuisson des pommes de terre dans le bouillon.

Pot-au-feu

Vous voulez laisser un commentaire, poser une question ?

  1. Bonjour Françoise,
    La façon de servir le pot-au-feu est typiquement provençale, j’imagine. Cette façon est une découverte pour moi.
    La présence du clou de girofle et du thym me ravit complètement. Au Québec, on aime aussi épicer de cette manière.
    Je t’embrasse très fort,
    Lou

Laissez-moi un commentaire !