Cabillaud basse température et sauce façon caviar d’algues

Me voilà de retour après une semaine de silence radio. J’étais en vacances ce qui pourrait expliquer cela, mais ce silence est pourtant bien involontaire car je comptais bien, comme l’an passé durant cette trêve pascale, vous faire partager quelques unes de mes découvertes colorées, odorantes et appétissantes sur l’île de Schouwen-Duiveland aux Pays-Bas :

Mais patatras… Des méchants esprits en ont voulu autrement ! Dès notre arrivée, alors que nous allions juste humer quelques instants le bon air iodé de la plage, dans l’attente de la remise des clés de la maison de location,… nous nous sommes faits voler, mon fils et moi, nos deux ordinateurs portables ! Le coin était désert, pour nous les Pays-Bas, c’est le summum de la destination sûre et fair play, et BING le coup au coeur, quand de retour dans la voiture, nous avons retrouvé nos sacs à dos allégés ! Aucune trace d’effraction, aucun témoin et cela en moins de 10 mn… comme dans un mauvais rêve.

Après avoir respiré un bon coup, comme à mon habitude, j’ai essayé de voir les côtés positifs pour réconforter mon grand Loulou qui par la même occasion s’était fait chaparder sa caméra toute neuve… Je dois avouer que j’ai quand même un peu patiné et que je n’ai pas encore trouvé de « sens caché » au larçin. J’ai alors relativisé et là ce fut chose facile. Il ne s’agit que de choses matérielles et surtout nous n’avions perdu aucune donnée.

Au passage, c’est en étant confronté à ce genre d’événements que l’on croit toujours impossibles (le légendaire syndrome : cela n’arrive qu’aux autres !), que l’on prend conscience des véritables risques. Un ordinateur vaut surtout pour l’information qu’il renferme et je ne saurais trop vous encourager à avoir un bon plan de sauvegarde de vos précieuses données ! Les utilisateurs de Mac disposent de iCloud, Amazon offre jusqu’à 5Go gratuits « dans les nuages » (Amazon S3), Google offre aussi des services très pratiques avec Google Docs, et on peut s’offrir à la maison des capacités de stockage pour pas cher du tout (y compris des « NAS » qui permettent de stocker jusqu’à 2To sans problème). Grâce à ces services, la perte d’un ordinateur coûte cher mais n’est pas une catastrophe.

Pour clore le chapitre de ma mésaventure, la compagnie d’assurance nous a fait savoir que le vol ne s’étant accompagné d’aucune agression, nous ne pourrions être indemnisés ! ? Aie, je vais relire le contrat d’assurance à la recherche des mini caractères japonais revenant à dire en substance que nous ne sommes pas couverts pour le vol d’objets dans une voiture… Et vous, êtes-vous bien sûrs d’être couverts ?

Les contrariétés vite dépassées ne m’ont pas coupé l’appétit, je vous rassure. Bien au contraire dirais-je car les quelques beaux jours dont nous avons bénéficié et l’air marin (le souhait de tourner la page au plus vite aussi !), ont aiguisé l’envie de goûter de nouvelles saveurs et d’essayer de nouvelles combinaisons.

Je suis devenue une adepte fervente de la cuisson à basse température (dite aussi « hypocuisson« ) qui conserve aux viandes et aux poissons leur moelleux et n’abime pas leur texture.

Le cabillaud ultra frais et appétissant trouvé sur le port de Bruinisse, qui est le coeur de la production de homard et de moules en Mer du Nord, se prêta magnifiquement à l’expérience. Pour lui donner du peps et ajouter de la couleur, j’ai pensé fabriquer une sauce largement inspirée du caviar d’algues réalisé il y a peu et qui avait rencontré un vif succès. Le plus compliqué est de réunir les ingrédients car ensuite une légère pression sur le blender suffit et hop, le tour est joué, il est temps de passer à table !

CABILLAUD CUIT À BASSE TEMPÉRATURE ET SAUCE VERTE FAÇON CAVIAR D’ALGUES Imprimez cette recette !

Temps de préparation :

15 minutes

Temps de cuisson :

1 heure

Pour 4 personnes

Ingrédients

4 filets de cabillaud de 100 g à 120 g chacun
2 càs de dulse (achetée fraiche en barquette et salée (magasin bio))
2 càs de laitue de mer (achetée fraiche en barquette et salée (magasin bio))
6 cl d’huile d’olive
1 càs de sauce shoyu (sauce soja)
1 échalote
1 petite gousse d’ail
5 brins de persil
1 citron non traité
sel et poivre

Les étapes

  1. Préchauffer le four à 85°C.
  2. Dans un bol, mélanger la sauce soja avec 1 càs d’huile et le jus du citron (après avoir prélevé et râpé le zeste et l’avoir mis de côté). Enrober les filets de poisson de ce mélange, les placer dans un plat à four et répartir le surplus du mélange sur le dessus.
  3. Enfourner une heure.
  4. Faire tremper +/- 5 mn les algues dans un bol d’eau claire. Les transvaser à la main dans une passoire (le sel reste au fond du bol), puis renouveler une fois l’opération. La seconde fois, bien presser les algues contre la paroi de la passoire pour parfaitement en exprimer l’eau.
  5. Dans un blender, verser les feuilles de persil, les algues,l’ail et l’échalote éplucher et coupés en morceaux, 5 càs d’huile, le zeste du citron râpé, une pincée de sel et de poivre. Mixer finement.
  6. Dresser les assiettes : un morceau de cabillaud recouvert un peu de sauce au caviar d’algues, le restant versé dans un ramequin ou petit verseur. J’ai servi le poisson avec des graines de semoule mais du quinoa, du riz coloré au safran auraient aussi pu être de la partie.


Cabillaud basse température et sauce façon caviar d'algues

Vous voulez laisser un commentaire, poser une question ?

  1. Recette bien appétissante, je pense l’essayer très prochainement. Continuez à nous régaler tout autant les yeux que les papilles.
    Domie

  2. Désolée d’apprendre toutes les mésaventures auxquelles vous avez dû faire face même si ce n est que matériel! et quand à la recette je suis une adepte de ce procédé et le caviar d’algues j adore! Bonne soirée et à bientôt!

  3. C’est une belle assiette que tu nous proposes avec des ingrédients que je découvre !
    Je te souhaite une très belle soirée en ce début de semaine,
    Bisous, Doria

  4. Bonjour Françoise!
    Quelle chance de ne pas avoir perdu de données dans cette mésaventure! Tu me rappelles, et c’est fort à propos, que je suis en retard dans mes «back-up».
    La cuisson lente a, en effet, préservé la texture du poisson. Il a l’air délicieux! Je n’ai pas encore testé cette technique, mais ça ne devrait pas tarder.
    Je t’embrasse bien fort,
    Lou
    P.-S. : J’ai visionné la vidéo de l’île, et même si je suis déjà allée aux Pays-Bas, je n’avais pas réalisé à quel point le néerlandais sonne comme l’anglais.

Laissez-moi un commentaire !