Un dîner chez Bon Bon


Récemment, j’ai dîné chez Bon Bon, le restaurant de Christophe Hardiquest, une étoile au Guide Michelin et désigné meilleur Chef de l’année par l’édition Benelux du GaultMillau 2011.

Bon Bon ne se présente pas comme un simple restaurant gastronomique, mais comme un salon d’artisan cuisinier. Ces mots peuvent paraître étranges, ou prétentieux, mais on les comprend mieux lorsque l’on découvre, accrochée au mur, une immense ardoise où s’affiche une petite dizaine de produits de première qualité qui constituent la carte : cochon du Pays Basque, couteaux de la baie du Mont-Saint-Michel, huîtres de Cancale, pigeon de la Loire, jambon de Toscane,…

Lorsque je me détachai de la contemplation de ces noms savoureux, je remarquai le sourire bienveillant du chef affairé dans sa cuisine proche de l’entrée et ouverte sur la salle. Je m’assis de manière à pouvoir observer à loisir ce qui se tramait en cuisine : le chef, l’oeil attentif, vérifiait la préparation de chaque assiette avant que l’équipe de salle, souriante et experte, ne pût expliquer aux clients  le contenu et la genèse de ce qui était déposé devant eux.

Bien que Bon Bon offre un menu “lunch” à 40 €, les prix pratiqués le soir sont en rapport avec la qualité qui est recherchée dans les préparations. On y trouve ainsi trois menus :  le « menu du marché » (67 €), le « menu impro », menu surprise de 5 services (110 €)  et enfin le « menu passion », menu surprise de 7 services (140 €).

La “surprise” n’est pas totale, car les services sont évidemment composés en fonction des produits inscrits sur la grande ardoise. A peine la commande passée, arrivèrent en farandole des amuses bouches et des dégustations. Mes papilles provençales furent émues en découvrant une gaufre salée au thym sauvage cueilli sur les pentes du Mont-Ventoux par un ami du Chef, et délicatement couronnée de tapenade. Le carpaccio de boeuf qui suivit était léger comme une dentelle (de Bruges ?) et son goût marqué mais délicat témoignait de la qualité exceptionnelle du boeuf toscan : son accompagnement d’espuma et de glace de champignons ajoutait des notes originales et campagnardes.

Certes, le service fut parfois un peu long à mon goût : mais peut-être le Chef est-il soucieux de laisser ses clients découvrir à leur aise les saveurs de ses plats et leur mariage avec les vins, choisis eux aussi avec rigueur. Le sommelier me conseilla ainsi un Bourgogne, un Chambolle-Musigny 2006 (Maison Deux Montille), qui s’accorda aux plats avec douceur et caractère.

Je me souviendrai ainsi de la chair rose vif du saumon bio « Salma » de Norvège, dont la fumaison était soulignée par un délicieux granité à la baie de genévrier et un espuma au gin fizz.

J’ai découvert ensuite dans mon assiette, comme des nuances de couleur sur la palette d’un peintre, différentes variations autour du cochon du pays Basque : un morceau d’épaule fondante, un boudin noir, un petit lardon délicatement grillé, dont la sauce à la bière de Mons faisait ressortir les saveurs fortes ; et, à côté, des chicons (endives) de pleine terre délicatement braisés donnaient un aspect rustique à cette composition raffinée et légère.

Le plateau de fromages ravira les plus exigeants. Mon mari, originaire de Savoie, a goûté avec émotion un Bleu de Termignon, un délice venu de Haute-Maurienne mais extrêmement rare chez les fromagers. J’ai découvert avec curiosité la création d’un maître fromager du Hainaut, le “Cochonnet” lavé à la bière.

Moi qui “zappe” habituellement les desserts, je me suis laissée tenter par une variation légère autour de l’orange sanguine et accompagnée d’une limonade aux billes de Campari (une apparition discrète et ludique de la cuisine moléculaire !), suivie d’une glace à la pistache allongée sur un lit de crumble au chocolat et surmontée d’un mikado au chocolat et à la pistache. Des desserts parfumés, légers, qui clôturaient parfaitement de leurs notes sucrées notre dîner.


Bon Bon

Avenue de Tervueren 453
1180 Bruxelles

+32 2 346 66 15

Commentaires

  1. Duroselle henri

    Nous cherchons un restaurant de charme ou diner le 31 decembre. Lev votre nous plait. Etes vous ouvert ? Merci
    (sansreveillon)

Laissez-moi un commentaire !