Un lapin à la bière et aux pruneaux

Lapin à la bière et aux pruneaux

Pays de la bière, la Belgique est fatalement le pays qui cuisine à la bière. Pour commencer une lignée qui devrait être longue, voici un des plats les plus connus : le lapin aux pruneaux et à la bière. Appelée aussi « lapin à la flamande »,  cette recette remonterait au Moyen-Age. Les recettes que j’ai trouvées divergent quelque peu. Parfois les pruneaux doivent mariner dans l’armagnac, le lapin est revenu dans le saindoux et l’on ajoute de la confiture d’airelles (Source :Le carnet de cuisine de Bruxelles, Philippe Chavanne, éditions du sud ouest, « Lapin au pruneaux et à la Gueuze« ). Dans une autre version, on utilise du lard fumé et des oignons grelots (Source :La cuisine des Belges, Dirk de Prins, éditions du chêne, « lapin étuvé à la trappiste »).

La recette que je vous propose est largement inspirée de cette dernière version. Je précise tout de même que je n’ai pas intégré les lardons fumés ni utilisé des oignons grelots. En revanche, j’ai rajouté un petit morceau d’écorce d’orange séché sans doute par référence à une recette au vin que je connais, la daube provençale. J’ai également fait revenir mon lapin à l’huile d’olive (hérésie ???) plutôt qu’au beurre.

Pour un coup d’essai, j’ai quand même eu le culot de proposer ma préparation à des amis belges qui avaient depuis leur enfance une solide base de référence. C’est non sans quelque appréhension que j’ai attendu leur verdict… J’ai alors entendu : « excellent », ouf ! Alors voilà que je me décide à vous livrer la recette.

LAPIN À LA BIÈRE ET AUX PRUNEAUX Imprimez cette recette !

Temps de préparation :

30 minutes

Temps de cuisson :

1h 30 minutes

Pour 4 personnes

Ingrédients

1 lapin de 1,5 kg à 2 kg (coupé en morceaux)
2 oignons
1/2 litre de bouillon de volaille
50 g de farine
50 cl de bière (j’ai choisi une Chimay, une bière trappiste
4 càs d’huile d’olive
250 g de pruneaux
1 morceau de zeste d’orange bio
thym et 1 feuille de laurier
sel et poivre

Les étapes

Émincer les oignons et les faire revenir dans une grande cocotte à fond épais dans 1 càs d’huile. Quand ils sont bien dorés les retirer, verser l’huile restante et les remplacer par les morceaux de lapin. Les faire dorer sur toutes leurs faces.
Saupoudrer de farine et bien mélanger.
Verser la bière, les pruneaux et leur jus de trempage ainsi que le bouillon de volaille. Ajouter les oignons, le zeste d’orange, le thym et le laurier. Saler et poivrer.
Couvrir, porter à ébullition et laisser cuire à feu doux au minimum 1H30. (Les pattes doivent se décortiquer facilement). Ôter le thym et le laurier.

Se sert avec des pommes de terre cuites à l’eau.

Lapin à la bière et aux pruneaux

Commentaires

  1. Luc

    Mon épouse et moi avons testé cette recette, je puis donc vous confirmer que le lapin à la bière et aux pruneaux est vraiment délicieux ! Merci chère Françoise !

  2. Thomas

    Cuit à point, le pruneau est un vrai délice! Le lapin est fondant, ce qui est assez rare. Pas trop dure, cette recette devrait convenir à beaucoup de personnes!

    Je me demande si une variante de ce lapin au pruneau et à la bière est possible, en remplaçant la bière par du vin…

    En tout cas, bonne continuation!

  3. maria

    les pruneaux vous les faites tremper dans l’eau ou dans l’armagnac?
    Merci de votre réponse.
    Cordialement,
    Maria servais

    • Françoise

      Merci Maria, c’est vrai que je ne l’ai pas précisé dans la recette. Je les avais fait fait tremper dans de l’eau tiède mais avec un peu d’Armagnac, c’est à essayer. Je serais curieuse de tester l’alliance de la bière et de l’Armagnac.

    • LadydePicardie

      j’ai préparer mon lapin au pruneaux l’après midi , j’ai mis les pruneaux dans la préparation qui étais chaude ,ils ont gonfler tout seuls , plus qu ‘a cuire avant le soupé.

  4. LadydePicardie

    je connaissais le lapin au pruneaux ,que j’apprécie pas beaucoup mais pas avec de la bière ,le sucrée salée je raffole pas .quand ont vient vivre en Belgique il faut gouté a tout . je vient tout juste de le préparé , je le cuit se soir sur un feu de bois . mon mari qui es Belge ne vas pas cracher dessus ,première fois cuit a la bière » un lapin  » j’espère qu’il va aimer. je vous dis quoi sur un autre message .

  5. LadydePicardie

    vous cuisinée souvent a la bière ? a part la carbonnade , es le lapin , y a t’il d autres recette ? sa me ferais plaisir d’en avoir .connais pas vraiment la cuisine Belge . une histoire de ma première arrivé dans un resto Belge . un serveur me demande vous désiré madame ? je lui demande avec les conseils de mon mari  » une frite avec carbonnade  » quand je vois le plat arriver ,j’ai étais étonnée quand Belgique il servait de la compote de pomme avec se plat !! vous allez rire , je lui es demander si c’était le dessert !!! lol .

    • Françoise

      Moi aussi la première que j’ai vu la compote j’ai été surprise mais maintenant je suis habituée et je trouve l’association salé/sucré excellente !

  6. LadydePicardie

    super super délicieux , le lapinou au pruneaux ! une tuerie . moi qui n’aimer pas trop ,avec la bière sa change tout . merci beaucoup . je garde se blog dans mes favories. je part découvrir les  » recettes de noel « .a très vite.

  7. Je tique sur l’ huile d’ olive et l’ Armagnac, pas vraiment locaux, (et se passer du beurre de Tiérache, …) mais pourquoi pas. Par contre, faire l’impasse sur les oignons grelots c’est dommage, car c’est bien goûteux et on ne peut plus dire « cuisiné aux p’tits oignons » ~(;o))) … Ma mère rajoutait aussi des raisins de Corinthe, certains extrémistes rajoutent même une tranche de pain d’épices émiettée dans la trappiste (indispensable nectar) et soyons fous pourquoi ne pas rajouter une lichette de genièvre ? Pas très connu le genièvre, mais tellement couleur local dirait un Ch’ti canard du Sud. Pour en savoir plus il faut aller visiter Wambrechies ….

    • Françoise

      Ben oui soyons fous, l’huile d’olive (j’ai un mal fou à cuisiner au beurre…. l’huile d’olive est dans mes gènes de Provençale) et l’Armagnac valent bien les raisins de Corinthe et le pain d’épices… Chaque fou cache un gourmand et je ne demande qu’à tester ces variantes bien personnelles.. Quant au genièvre, ma curiosité est piquée au vif, va falloir en effet que je visite Wambrechies…

      • Chère Françoise,
        Je sais que notre époque favorise l’ audace à tout prix, et les croisements z’osés, mais il faut raison garder, il existe des bases incontournables, sinon c’est le grand n’importe quoi. Je ne suis pas contre les expériences, au contraire, mais alors, on quitte le domaine de la recette, pour celui de l’ anecdote. Je ne suis pas du tout un spécialiste, mais fus très marqué par mon terroir nordiste, et les goûts de l’ enfance. Dans les années 50/60, les produits étaient très typés et très frais, et je reconnais volontiers que le beurre est un produit « compliqué », délicat et subtile, qui dépend de beaucoup de paramètres, en gros, qualité des herbages, (terroir), race des vaches, types de fabrication, et aussi de la saison, bien jaune l’ été, et beaucoup plus clair l’ hiver (nourrissage au foin) Donc, bon courage, si vous vous lancez dans cette aventure de découverte. et pour le voyage à Wambrechies, un indice
        http://www.wambrechies.com/index.php?lg=fpdb/wambr_fr&page1=e-genievre.htm

  8. Zéphir Ballangain

    J’ai fait plusieurs fois votre recette qui est excellente et je vous en remercie. Pour info, il manque le zeste dans la liste des ingrédients.
    Bien cordialement

    • Françoise

      Bonsoir Zéphir, Je suis ravie que cette recette vous plaise et vous régale. Je vous remercie aussi vivement de m’avoir signalé mon oubli. C’est rectifié !
      Bonne soirée, Françoise

  9. Valy

    En tant que Belge, le lapin aux pruneaux est excellent avec des frites,et une salade vinaigrée,(laitue,tomats etc……)

    Bon appétit

Laissez-moi un commentaire !